L’année 2013 serait propice aux actions EUROPEENNES selon la société de gestion Diamant Bleu Gestion, une analyse à laquelle nous adhérons étant donné la sous-valorisation des actions euro qui représentent aujourd’hui l’une des classes d’actifs les moins chères du monde. En effet, depuis 2010-2011, la croissance des indices euro avait été largement ralentie par l’imputation de primes de risque étant donnée la situation difficile des économies européennes mais surtout la tourmente financière avec la crise des dettes souveraines. L’apogée du délaissement des actions européennes avait été atteinte lors du second semestre 2011 avec le triste double bottom précipité par la crise de la dette.

Rien qu’en 2012, on constate une nette surperformance des indices euro (ci-dessous l’exemple du CAC 40) par rapport aux indices américains, ce qui prouve qu’un rattrapage a déjà eu lieu. Aujourd’hui, avec les spreads de taux qui se resserrent entre les pays de l’Union, le temps de la revalorisation semble arriver petit à petit.

Source: cercle finance

Ainsi, Diamant Bleu Gestion estime que 2013 sera l’année des actions européennes. La société d’investissement reconnaît que les facteurs de risque ne sont pas encore totalement dissipés en zone euro (crise de la dette non encore terminée, politiques d’austérité), mais néanmoins, les marchés actions européens sont toujours sous-valorisés alors qu’ils disposent d’atouts certains…et pas uniquement en fonction de leurs qualités intrinsèques.

Rien que la politique monétaire très accommodante de la BCE est un facteur de choix de retour aux actifs risqués. En effet, l’obligataire n’offre que des rendements sinon minimes (corrigés de l’inflation), carrément négatifs (dettes Allemande et Française). Le niveau de peur retombant en Europe, les investisseurs vont se tourner vers des actifs rémunérateurs, à la fois dans des optiques growth et value et bouder les rendements réels négatifs qui n’ont aucun sens lorsque les tensions s’apaisent.

Diamant Bleu Gestion estime encore que les actions européennes se retrouvent à fin 2012 dans une configuration inédite avec un niveau de valorisation inadéquat compte tenu des fondamentaux. Et malgré le rallye commencé cet été qui a amené les indices à de plus hauts niveaux, la marge de compensation est encore nette. Le ralentissement de ces jours-ci est clairement plus imputable aux hésitations sur le fiscal cliff qu’à un arrêt de l’appétence pour le risque.

Mais quels secteurs privilégier ? La société de gestion conseille des valeurs de croissance dans le luxe (LVMH, Richemont), la chimie (Arkema), la santé (Sanofi). Les télécoms ou bien les utilities, plutôt contracycliques, ne sont pas à retenir malgré les dividendes qui pourtant ne compensent pas les moins values. Enfin, les actions cycliques comme les financières sont encore à privilégier…nous rappelons que le gagnant actuel du CAC en termes de croissance pour 2012 n’est autre que SocGen.

Partager