En finance d’entreprise (et plus particulièrement en budgétisation des investissements : capital budgeting en anglais), il est nécessaire d’évaluer des projets afin de voir si ceux-ci seront rentables ou de les comparer entre eux pour savoir lequel est le plus avantageux.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un investissement ? Il s’agit d’une « dépense initiale pour acquérir des moyens de production ou de commercialisation qui généreront des profits dans les années à venir » (Finance d’entreprise, DCG 6).

Pour évaluer un investissement, on utilise généralement la VAN (Valeur Actuelle Nette, ou NPV pour Net Present Value), le TRI (Taux de Rendement Interne, ou IRR pour Internal Rate of Return), la durée de remboursement du capital investi (qui peut être actualisée ou non) et enfin l’indice de profitabilité (Profitability Index).

1)La VAN : La VAN permet de savoir si un projet est rentable par rapport à ses coûts. La règle est très simple, si la VAN est positive, le projet est rentable et plus la VAN est positive, mieux c’est. En fait, la VAN est la différence entre la valeur actualisée des recettes prévues et le montant du capital engagé dans le projet. L’actualisation permet de connaître la valeur « actuelle » de flux futurs et le taux d’actualisation à retenir est le taux de rentabilité exigé par l’entreprise (généralement le coût du capital). Il faut aussi tenir compte, dans le calcul, de la valeur résiduelle (valeur de l’investissement à la fin de sa période utile).

Formule de calcul de la VAN :

Exemple : un investissement de 1 million d’euros va générer des profits de 280 kEUR en N+1, 300 kEUR en N+2, 350 kEUR en N+3, 300 kEUR en N+4 et 250 kEUR en N+5. La valeur résiduelle est de 100 kEUR et le coût du capital est de 15%. Quelle est la VAN ?

Solution : 280,000/1.15 + 300,000/1.15^2 + 350,000/1.15^3 + 300,000/1.15^4 + 250,000/1.15^5 + 100,000/1.15^5 – 1,000,000 = + 45,990 EUR >>> VAN positive, le projet peut être entrepris.

2)Le TRI : il s’agit du taux d’actualisation pour lequel la valeur actualisée des cash-flows futurs est égale à l’investissement de départ, c’est-à-dire le taux en-dessous duquel l’investissement est rentable. Pour résumer, si le TRI > taux d’actualisation : il faut réaliser le projet et si le TRI < taux d’actualisation, il ne faut alors pas investir. L’IRR correspond également au taux pour lequel la VAN est égale à zéro.

La formule du TRI est la suivante :

Le TRI peut se calculer par tâtonnements (en cherchant le taux pour lequel la VAN est égale à zéro) ou bien à l’aide d’une calculatrice financière.

NB : en cas de conflit entre la VAN et l’IRR, il faut toujours choisir la VAN.

3)Le délai de remboursement du capital investi correspond à la durée que prendront les cash-flows à égaler le montant de l’investissement initial. En cas de VAN négative, aucun délai ne peut être calculé puisque les cash-flows n’égalent jamais l’investissement initial. Pour calculer ce délai, il suffit de poser une équation ou de procéder par tâtonnement. On peut prendre en compte les cash-flows « purs » ou alors actualisés au coût du capital.

4)L’indice de profitabilité est la valeur actualisée des cash-flows futurs dégagés par le projet, divisée par l’investissement initial. Il y a plusieurs formules de calcul :

ou bien :    [1 + (NPV/Initial Investment)]

La règle ici, pour trancher sur un projet quelconque, est d’investir si l’indice de profitabilité est supérieur à 1 et de ne pas investir dans le cas ou l’IP serait inférieur à 1.

Partager