La première étape pour comprendre les principaux états financiers est tout d’abord de maîtriser les règles de classification des activités dans une entreprise, selon les principes comptables.
Il est très important de comprendre ces règles pour se faire une idée sur la répartition de la création de valeur dans une entreprise et également pour comprendre la provenance des cash-flows (flux de trésorerie) qui sont générés par une entreprise et qui sont une composante essentielle de l’analyse (que ce soit pour l’analyse crédit ou les problématiques de valorisation). Et enfin, mieux comprendre ces classification permet en outre de déceler plus facilement les manipulations de comptes ou les présentations peu objectives qui peuvent être faites par certaines sociétés après des exercices difficiles.
En comptabilité générale, les activités sont classées selon trois grands types, qui sont les activités opérationnelles, les activités liées à l’investissement et les activités liées au financement.

– Les activités opérationnelles sont les activités qui découlent du métier de l’entreprise, de ses activités usuelles. Des exemples d’activités opérationnelles peuvent être l’impôt sur les sociétés, la vente de biens ou de services aux clients, la détention d’actifs circulants (un stock par exemple) ou de dette court terme (dette fournisseurs) directement liés à des activités opérationnelles, des charges (coûts) pour délivrer un bien ou un service.
– Les activités d’investissement sont les activités associées aux acquisitions et aux cessions d’immobilisations (ou actifs immobilisés). Par exemple, il peut s’agir de l’achat ou de la vente d’un actif (comme une propriété, une usine ou de l’équipement), ou bien de l’achat ou de la vente d’actions ou d’obligations d’autres sociétés qui sont détenues par l’entreprise.
– Les activités de financement sont tout simplement les activités liées à l’obtention ou au remboursement de capital. Les deux principaux apporteurs de capitaux, pour une entreprise, sont les actionnaires (shareholders ou juste owners, qui détiennent le capital) et les créanciers (par exemple les banques). Des exemples d’activités liées au financement peuvent être l’émission ou le rachat d’actions de l’entreprise par l’entreprise, l’émission ou le remboursement de dettes financières, la distribution de dividendes…

Attention, toutes les transactions ne sont pas toujours si clairement imputables à telle ou telle classe. Par exemple, un intérêt reçu par une banque sur l’un de ses prêts peut être considéré comme une activité opérationnelle car l’activité de la banque est de prêter de l’argent. Parfois, cela peut être assez ardu.
L’essentiel à retenir, c’est qu’il est primordial de comprendre cette classification simple afin de se faire une idée sur les résultats d’une société (ainsi que sur sa génération de trésorerie). Le cash provient-il de l’activité opérationnelle florissante, ou bien de la vente des actifs de la société, ou bien encore d’une énorme hausse de l’endettement ? Sans ces distinctions, bien des idées fausses sur la santé financière des sociétés pourraient se faire.

Partager