Un article dédié à l’analyse du bilan mentionne le BFR ainsi que son calcul de manière simple. SI ce BFR se calcule à partir du bilan, cela signifie qu’il souligne un besoin de trésorerie de l’entreprise à une situation passée. Lorsqu’une société a des projets (nouveau produit, modification des politiques de stockage, de crédit client, changement de la politique des fournisseurs…), au contraire, il s’agira de prévoir les conséquences de ces projets sur le BFR et plus particulièrement le BFRE (Besoin en Fonds de Roulement d’Exploitation), qui dépend donc de l’exploitation est peut être mieux anticipé. Cela induit un travail d’estimation qui fait partie du travail d’un analyste car il s’agit d’anticiper les conséquences des décisions de l’entreprise sur sa situation financière future.

Qu’est-ce que le BFRE ?
Le BFRE (besoin en fonds de roulement d’exploitation) fait référence au besoin de trésorerie de l’entreprise en raison des décalages entre d’une part les paiements faits aux fournisseurs et d’autre part les paiements reçus des clients. La politique de stockage est aussi une composante à part entière du BFRE.
Une entreprise industrielle, par exemple, devra tout d’abord acheter les matières premières, les stocker, fabriquer les produits, les stocker si besoin est, et enfin les vendre. Des délais de paiement peuvent à cet effet être accordés aux clients et les fournisseurs peuvent aussi laisser des délais à l’entreprise pour régler ses achats.
Pour résumer, on peut donc lister les éléments du BFRE :
–    Les créances clients,
–    Les dettes fournisseurs,
–    Les stocks et les en-cours.
L’importance de ces éléments est relative, en fonction de l’activité de l’entreprise (ex : une entreprise totalement dédiée aux services n’aura normalement pas de stock).

L’importance du BFRE peut être mesurée d’une année sur l’autre et/ou entre sociétés grâce au ratio suivant :

Ce ratio peut en outre être utilisé pour calculer un BFRE prévisionnel en fonction du chiffre d’affaires anticipé. Il suffit pour cela de multiplié le CA prévisionnel par ce ratio. La justesse du BFRE prévisionnel dépendra toutefois de la précision du CA anticipé, sous réserve d’une stabilité du BFR par rapport au CA.
Il faut aussi signaler que le BFRE subit des variations à court terme car ses trois éléments constitutifs, vus plus haut, peuvent fluctuer rapidement. Pour cela, on va calculer un BFR normatif, qui correspond à un niveau moyen du BFRE.

Le BFR normatif
La méthode du BFR normatif permet de déterminer le niveau moyen d’un BFRE en fonction du chiffre d’affaires d’une société et des décalages dans les éléments du BFR.
La méthode se base sur :
1/ des coefficients prévisionnels de structure :

Ce coefficient est décomposé en plusieurs coefficients qui sont ceux des différents stocks et encours, des créances accordées et des dettes d’exploitation à court terme.
2/ des durées d’écoulement : elles se calculent en jour (comme le coefficient prévisionnel).
A partir de là, on peut calculer tous les éléments du BFRE par le produit suivant :

Une fois que tous les éléments du BFRE sont calculés, il faut faire la différence entre la somme des éléments de l’actif et la somme des éléments du passif pour retrouver le BFR normatif. Comme pour le BFR, on peut ensuite tirer les conclusions suivantes :
–    Si le BFR normatif est positif (éléments d’actif > éléments de passif), il s’agit bien d’un besoin. Pour que la société puisse avoir une trésorerie positive, il faudra que ce BFR soit financé par un fonds de roulement plus élevé.
–    Si le BFR normatif est négatif (éléments d’actif < éléments de passif), il s’agit d’une ressource appelée dégagement en fonds de roulement. Ce n’est donc pas un besoin et l’impact de cette ressource est positif sur la trésorerie.

Les coefficients de structure
Ils se calculent sous la forme du ratio  . Nous en verrons un exemple.

On trouve les coefficients suivants :

Le décalage entre les éléments constitue le BFRE.

Les durées d’écoulement
Comme on l’a évoqué, il s’agit d’une durée en jour (puisque les coefficients se font sur le chiffre d’affaires de référence de 1 euro par jour).
La durée d’écoulement suppose parfois de calculer une moyenne, lorsque celle-ci, pour un élément, se calcule sur la base de facteurs périodiques ou variables.
Chaque coefficient a sa durée d’écoulement.

Calcul du BFR normatif
Comme on l’a dit plus haut, il faut tout d’abord faire le produit de chaque durée d’écoulement avec son coefficient de structure, ce qui donne un élément de BFR. Il faut ensuite regrouper les éléments selon leur nature (actif ou passif), ce qui donne un BFR qui peut être positif, négatif, voire nul dans de rares cas.
Ces calculs permettent de voir quel sera l’impact d’un nouveau produit ou d’une variation des délais clients ou fournisseurs sur le BFR à venir. Cela permet aussi de pouvoir anticiper les besoins de trésorerie futurs.

Exemple
Une société supporte les coûts suivant pour un produit X :
–    Coût des matières premières : 50 EUR
–    Dotations aux amortissements : 40 EUR
–    Charges de personnel : 190 EUR
–    TOTAL = 280 EUR
Le coût d’un article actuellement en-cours de production est le suivant :
–    Matières utilisées : 50 EUR
–    Moitié des amortissements : 20 EUR
–    Moitié des charges de personnel : 95 EUR
–    TOTAL = 165 EUR
La TVA est de 19.6% et le prix de vente d’un produit X est de 360 EUR.
Le délai client moyen est de 45 jours, le délai fournisseurs est fixé à 30 jours fin de mois le 15 (paiement moyen le 15 du mois), le temps de stockage moyen des matières est de 30 jours, le temps de stockage moyen des produits finis est de 10 jours, le cycle de production prend 3 jours. Pour la TVA, l’échéance est entre le 15 du mois et le 21 du mois suivant.

1.    Les coefficients de structure sont les suivants :
–    Stock de matières : 50 / 360 = 13.9%
–    Stock de produits finis : (50 + 190) / 360 = 66.7%
–    En-cours : (50 + 95) / 360 = 40.3%
–    Créances clients : évaluées en TTC (pour 1 EUR de vente, 1.196 EUR de TTC) = 119.6%
–    Dettes fournisseurs (matières) : (50 x 1.196) / 360 = 16.6%
–    TVA collectée (sur ventes de produits) : taux TVA = 19.6%
–    TVA déductible (sur achats de matières) : (50 x 0.196) / 360 = 2.7%

2.    Les durées d’écoulement sont :
–    Stocks de matières : 30 j.
–    Stocks de produits : 10 j.
–    En-cours : 3 j.
–    Créances clients : 45 j.
–    Dettes fournisseurs : 30 + 15 + 15 = 60 j.
–    TVA : différence entre le 15 du mois et le 21 du mois suivant = 36 j.

3.    Calcul des éléments (en rouge actif, en vert passif) :
–    Stocks de matières : 13.9% x 30 = 4.17
–    Stocks de produits : 66.7% x 10 = 6.67
–    En-cours : 40.3% x 3 = 1.21
–    Créances clients : 119.6% x 45 = 53.8
–    Dettes fournisseurs : 16.6% x 60 = 10.0
–    TVA collectée : 19.6% x 36 = 7.1
–    TVA déductible : 2.7% x 36 = 1.0
Soit : 66.8 – 17.1 = 49.7 jours >>> LE BFR NORMATIF EST POSITIF ET REPRESENTE 49.7 jours de chiffre d’affaires hors taxes.

En supposant que pour N+1 (prochain exercice comptable), 10,000 unités de produits soient vendues, on aura :
CA total pour N+1 = 10,000 x 360 = 3,600,000 EUR
CA journalier pour N+1 = 3,600,000 / 360 = 10,000 EUR
BFRE = 10,000 x 49.7 = 497,000 EUR

Partager