Encore de beaux mouvements irrationnels en ce 28 novembre.

En effet, voilà une bien belle journée pour les indices européens ! Le DAX clôture à 5,745 points (+ 4.60%), le CAC subit lui aussi un fort rebond technique et refranchit à la hausse les 3,000 points (+ 5.46% à 3,013 points), tandis que le FTSE, plus modéré car moins concerné par la crise de la zone Euro, ressort à 5,313 points, en hausse de 2.87%. Et l’euro remonte aussi et se négocie à plus de 1.33 USD.

Comment expliquer cela ? Difficilement et facilement, tout le monde pensant avoir raison à posteriori.

Encore une fois, des rumeurs et des bruits concernant des progrès décisifs concernant la crise en Europe redonnent le moral aux investisseurs. Les réunions des ministres des finances de la zone euro prévues mardi 29 et mercredi 30 novembre, ainsi qu’un nouveau sommet européen prévu le 9 décembre, laissent en effet penser que des décisions de grande importance pourraient voir le jour, les dirigeants politiques mesurant aujourd’hui pleinement l’impact de cette crise des dettes souveraines sur la zone. La situation est en effet urgente, et les politiques se préparent maintenant à agir en conséquence, selon les opérateurs de marchés. Aurel BGC cite également un accroissement du pouvoir du FESF à 1,000 milliards d’euros ainsi que le paiement d’une tranche d’aide supplémentaire à la Grèce pour que le pays puisse faire face à ses échéances. Les investisseurs ont aussi tablé sur la création d’obligations AAA d’élite regroupant plusieurs pays « forts » (ou moins faibles) de la zone Euro. La zone Euro pourrait être ainsi transformée en une Union de Stabilité (pour citer le ministre des finances de l’Allemagne), avec une vraie discipline budgétaire commune et une nouvelle gouvernance. De plus, un signe fort a été donné en Belgique comme en Italie, avec un grand succès des opérations « bons du trésor », dans le but est de promouvoir l’achat de dette publique par les citoyens.

Après une ouverture en hausse notable mais non spectaculaire à Tokyo (+1.56%), il semblerait que les marchés européens se montrent plus rassurés et ce malgré des nouvelles plutôt mauvaises mais totalement méprisées par les marchés : avertissement de Moody’s concernant la possible dégradation future de l’ensemble des notes souveraines de la zone Euro, perspectives de croissance en Europe revues à la baisse par l’OCDE pour 2012 et 2013.

Grâce à la perspective d’une future sortie de crise de la zone euro (encore !) et grâce aussi aux bons chiffre du Black Friday (jour suivant Thanksgiving, marquant le début des frénétiques achats de fin d’année), avec des ventes de détail en forte hausse vendredi dernier (plus de 52 milliards de dollars ce week-end, avec un panier moyen de 399 dollars contre 365 dollars en 2010), ainsi la bourse de New York a ouvert en forte hausse, consolidant le sentiment très positif en Europe aujourd’hui.

La tendance est tirée par les financières, qui occupent les premières places du CAC 40, avec Axa, BNP, Société Générale et Crédit Agricole, qui s’adjugent respectivement aujourd’hui 13.1%, 11.3%, 8.3% et 8.6%.

En bref, nous continuons toujours dans la volatilité, avec de forts retournements de marchés, peu prévisibles et surtout peu rationnels. En revanche, on continue à sentir que les décotes sur les actions, surtout en Europe, tendent à tenter de nombreux investisseurs, capables de se positionner rapidement à l’achat dès qu’une bonne nouvelle se fait sentir.

Pourtant, les motifs d’inquiétude restent nombreux : prévisions sombres comme on l’a dit, mais aussi augmentation des demandeurs d’emploi en France, en hausse de 1.2%. Mais la couleur est annoncée et c’est ce qui l’emporte : le but ultime est de préserver quoi qu’il arrive l’unité de la zone Euro. Ce n’est pas une mince affaire mais les investisseurs ont accroché aujourd’hui.

Conseil Morning Meeting : mis à part les trades à court terme sur certaines valeurs (les financières notamment, qui réagissent très fortement aux nouvelles macroéconomiques depuis juillet), rester à l’écart des forts mouvements de marché actuels tant qu’un accord net n’est pas trouvé pour la zone Euro. Rester à l’écart du long terme car le manque de visibilité est criard et ce pour l’ensemble des opérateurs qui se contentent pour le moment de réagir fortement en fonction du sentiment de marché dominant au gré des informations qui parviennent à leurs oreilles. Surveiller les indicateurs techniques à CT. La remontée reste fragile. Voir infra.

Ci-dessous, la tendance du CAC 40 pour la journée du 28 novembre.

Et la physionomie de l’indice depuis le 01/01/2011 :

On constate, malgré une diminution des volumes qui peut laisser croire à une méfiance des investisseurs, que le RSI vient de sortir de la zone neutre en cassant le niveau des 30% à la fin de la semaine dernière, marquée par la butée de l’indice sur son support historique autour de 2,880 points environ. Un rebond technique semble s’amorcer.

Les signaux sont acheteurs : RSI + stochastique, rebond au niveau du support, notre vision consiste à se positionner acheteur avec un seuil au niveau de 2,860 points et d’observer la tendance. En cas de double bottom, elle sera confirmée à l’achat. Relever le seuil progressivement en cas de validation de la hausse. Stratégie qui reste risquée étant donné la volatilité et les retournements possible du marché. Rester court terme.

Partager