Le MACD est un indicateur technique populaire, assez puissant et relativement simple d’utilisation. Cet outil graphique représente tout simplement l’écart des moyennes mobiles par rapport au cours (voir l’article sur les moyennes mobiles, notamment la partie portant sur leur croisement) ainsi que leur moyenne exponentielle (ligne de signal) de part et d’autre d’une ligne 0. C’est le croisement du MACD et de la ligne de signal, de même que le franchissement de la ligne 0, qui donnent des indications d’achat ou de vente.

Historique et calcul
Le MACD signifie « Moving Average Convergence Divergence », c’est-à-dire la convergence et la divergence des moyennes mobiles (comprendre par rapport au cours et entre elles pour le court terme et le long terme).
Cet indicateur a été développé par Gerald Appel à la fin des années 1970. Le calcul, pas forcément évident pour un non spécialiste, se résume comme suit :
–    MACD = différence entre la moyenne mobile exponentielle 12 jours et la moyenne mobile exponentielle 26 jours
–    Ligne de signal = moyenne mobile exponentielle du MACD à 9 jours
Le MACD, pour sa construction, se base donc sur la différence entre deux moyennes mobiles exponentielles qui sont calculées à partir de la valeur des cours de clôture. Pour cette raison, les indications données par le MACD ne sont validées que lorsque la clôture du jour est atteinte (attention aux faux signaux).
Le MACD est donc représenté par deux lignes (la ligne de MACD et la ligne de signal) qui oscillent autour d’un niveau zéro. Le croisement des deux lignes et le franchissement du niveau zéro donnent des indications permettant d’anticiper techniquement l’évolution des cours.
Ci-dessous, un exemple de cours avec MACD, ici le cours d’Altran sur un an.

Utilisation
On se bornera à identifier les signaux suivants :
–    Le MACD croise la ligne de signal à la baisse et se trouve en terrain négatif (sous le niveau zéro) : signal de vente.
–    Le MACD croise la ligne de signal à la hausse et se trouve en terrain positif (au-dessus du niveau zéro) : signal d’achat.
Toutefois, mis à part ces deux cas, les indications données par le MACD peuvent aussi être utilisées dans certains autre cas, notamment lorsque le MACD présente une divergence haussière (baissière) par rapport à un cours baissier (haussier).
Toutefois, le MACD, comme les moyennes mobiles, présente l’inconvénient d’avoir un certain retard pour les signaux qu’il permet de mettre en relief. Attention également, ne vous basez jamais uniquement sur le MACD pour prendre une position : il faut dans l’absolu confirmer les signaux donnés grâce à d’autres indicateurs. L’analyse technique, pour être la plus fiable possible, nécessite de recouper le plus d’indicateurs en veillant toutefois à ce que cela ne parasite pas et ne ralentisse pas trop la prise de décision. Un juste milieu est donc nécessaire mais au moins deux à trois indicateurs au minimum devraient être utilisés.
Voyons des exemples afin de mieux comprendre l’utilisation de cet indicateur.

Exemples
Premier exemple : cours PPR sur 6 mois + MACD en indicateur technique + MM 50 et 20.

Que peut-on observer ?
–    Cercle 1 : Le MACD croise à la baise la ligne de signal. Même si l’indicateur est toujours positif (il se situe dans la zone au-dessus de zéro), ce signal en divergence avec la précédente tendance haussière doit être pris en compte. On voit par la suite que, même si le cours ne s’effondre pas, sa hausse est très fortement compromise et il perd du terrain. Cette divergence coïncide avec un MACD qui se rapproche de la ligne zéro.
–    Mi-juin le MACD franchit la ligne zéro, moment qui coïncide avec le croisement des moyennes mobiles (la MM court terme passe sous la MM long terme ce qui constitue un signal de vente). Il s’agit cependant d’un faux signal : le croisement des moyennes mobiles est issu du faible mouvement baissier de mi-mai à mi-juin. De plus, il faut aussi noter que si le niveau zéro n’est pas franchement passé à la baisse, il devient souvent un support. C’est ce qui se passe ici. Ceci souligne, vous l’aurez remarqué, l’indispensable recoupement des indicateurs techniques dans la prise de décision.
–    Les moyennes mobiles se recroisent rapidement à la hausse de par le rebond technique du titre. Cependant, une forte divergence s’observe : le MACD s’infléchit fortement à la toute fin du mois de juillet alors que les moyennes mobiles n’ont pas pu donner de signal puisque le cours est toujours en forte hausse. Ici, le MACD permet donc de disposer d’un signal d’anticipation fort.
–    La nouvelle tendance baissière est ensuite validée par le MACD qui franchit le niveau zéro et s’enfonce rapidement dans le négatif. Le précédent support est anéanti, un long canal baissier s’amorce.
Exemple 2 : Google sur 3 jours avec MACD.


On peut voir clairement deux signaux exploitables au niveau du MACD pour des prises de position à très court terme. A l’ouverture le 20, on a un croisement du MACD qui passe sur la ligne de signal en terrain négatif ce qui constitue un signal d’achat. Une paire d’heures plus tard, l’inverse se produit et le MACD n’est pas parvenu à passer en terrain positif. Il y a cassure et une baisse qui ramène le cours à son plus bas du jour et même sous ce niveau. Un peu plus tard, un nouveau signal d’achat apparaît pour une court période. La journée clôture dans la volatilité. A noter le gap et la poussée des volumes entre le closing et l’ouverture de la journée du vendredi 21 octobre.
Exemple 3 :


Certains analystes techniques prennent des décisions basées uniquement sur le niveau du MACD. En vert : achat, en rouge : vente. Même si cette stratégie binaire peut fonctionner, nous ne saurions la conseiller eu égard aux risques de faux signaux. Toutefois, cet exemple montre une réussite de cette stratégie, il est donc intéressant sur ce point.

Exemple 4 : l’invalidation d’un signal sur Natixis (cours 1 ans avec MACD)

Ce dernier exemple met en relief l’invalidation de tendances au sein du MACD. Même si un signal d’achat a été donné mi-novembre 2010 (au début de la droite orange) sur le MACD, la tendance s’invalide avec une cassure sur la ligne des plus bas du MACD, réduisant à néant les espérances haussières. D’ailleurs, le MACD ne tarde pas à repasser en terrain négatif et le titre Natixis repart dans une longue tendance baissière ininterrompue. Le fait de pouvoir observer de telles choses sur du moyen terme voire long terme renforce l’hypothèse selon laquelle le MACD est un indicateur qui fonctionne aussi très bien dans un marché en tendance.

Partager