Le stochastique, synonyme d’aléatoire, est un indicateur technique très utilisé en analyse chartist (ou graphique). Il a été développé et diffusé par le docteur George Lane, un analyste technique américain, et son avantage principal est qu’il permet de comparer la position à la clôture par rapport aux extrêmes du jour. Il s’agit en fait d’un oscillateur dont la finalité est de pouvoir identifier les retournements de tendance. En cela il peut se rapprocher du RSI.

Voici, ci-dessous, un exemple de stochastique :

Calcul et présentation

Cet indicateur est constitué de deux lignes, nommées %K et %D et se calcule comme suit :

Où C : dernière clôture ; Ln : prix le plus bas sur n derniers jours ; Hn : prix le plus haut sur n derniers jours

Où Hx : moyenne sur x jours de (C – Ln) ; Lx : moyenne sur x jours de (Hn – Ln)

La réflexion qui repose sur cet indicateur est que dans un marché qui est haussier, les clôtures se font généralement en haut de l’écart entre le plus haut et le plus bas noté sur une période donnée (écart aussi appelé range) et que dans les marchés baissiers, les clôtures se font généralement sur le bas de range. Ainsi, si des plus hauts apparaissent avec des clôtures sur le bas de range, alors le titre est en cours d’épuisement et une inflexion de tendance peut se profiler et vice-versa. Le stochastique formalise graphiquement ces possibles retournements de tendance.

Utilisation

Le stochastique évolue entre 0% et 100%. On considère généralement les indicateurs suivants :

–          Lorsque %D est suracheté (représenté en rouge ci-dessous), supérieur à 75%, puis passe cette zone de sur-achat à la baisse, on considère qu’il s’agit d’un signal de vente.

–          Lorsque %D est survendu, inférieur à 25% puis traverse ce seuil à la hausse, on considère qu’il s’agit plutôt d’un signal d’achat.

–          Lorsque %K (en noir ci-dessous) dépasse %D à la hausse, on considère qu’il s’agit d’un signal d’achat.

–          Lorsque %K franchit %D à la baisse, on considère qu’il s’agit d’un signal de vente.

–          Si le stochastique reste faible alors que la tendance du titre est à la baisse et s’il franchit les 30%, il devient acheteur.

–          Si le stochastique reste élevé alors que la tendance du titre est à la hausse puis franchit à la baisse les 70%, il devient vendeur.

Il est à noter qu’il y a plusieurs niveaux (ou vitesses/précisions) de stochastique. Le plus usité est 14.3.5 mais il peut y en avoir d’autres, comme ci-dessous :

En conclusion, le stochastique est un excellent indicateur pour confirmer ou infirmer des idées de tendance ou de retournement que l’investisseur peut avoir en fonction de certains indicateurs techniques, même s’il ne se suffit que rarement à lui seul.

Un exemple : anticiper un retournement de tendance grâce au stochastique

Sur le graphique ci-dessous (cours Alcatel sur un an), on peut voir :

–          Deux périodes haussières entrecoupées de périodes baissières,

–          De fortes variations du stochastique, au-delà de 80% et en dessous de 20%,

–          Des signaux sur les volumes.

Au final, on constate assez nettement, début mai 2011, que la première tendance haussière, longue de 2 mois, touche à sa fin. Ceci est matérialisé d’une part par la plus forte volatilité des échanges mise en relief par le « rougissement » des bougies japonaises, mais aussi par la cassure du stochastique qui a évolué au dessus de 70% pendant plus d’un mois pour brutalement chuter sous les 20%, ce qui représente des niveaux très faibles. La seconde tendance haussière, après la baisse, est également soulignée par le rebond du stochastique jusqu’à 93% environ avant de retomber à près de 5%, annonçant la chute prochaine du cours. Les croisements %K et %D sont également très significatifs.

Les volumes soulignent aussi cela, avec par exemple des échanges beaucoup plus animés que la normale tout début mai, soulignant des évènements à venir dans les cours, et même qu’un essoufflement au cours de la seconde période haussière, sans grande conviction, visible au tassement constant des volumes.

Cet exemple indique la nécessité de tenir compte de plusieurs indicateurs techniques.

Partager