Les bandes de Bollinger sont un autre indicateur technique bien connu des chartists et de tous ceux qui utilisent l’analyse graphique. Les bandes de Bollinger permettent d’anticiper l’évolution du prix d’un actif donné en calculant un cours moyen couplé d’une « zone de sécurité » qui est en fait l’application d’un écart-type à 20 jours sur les moyennes mobiles, constituant ainsi un intervalle. Cet indicateur a été développé par John Bollinger, d’où son nom.

Calcul

Le calcul des bandes de Bollinger est plutôt simple à maîtriser. Il se fait en trois étapes :

–          Etape 1 : calcul du cours moyen (moyenne mobile) sur n périodes. Pour la journée de trading, ce cours se calcule par [(plus haut + plus bas + cours de clôture) / 3].

–          Etape 2 : calcul de l’écart-type à 20 jours du cours moyen (σ).

–          Etape 3 : constitution de l’intervalle par l’application de l’écart-type sur la moyenne mobile de la manière suivante >>>

  • Bande inférieure : Moyenne Mobile – 2σ
  • Bande supérieure : Moyenne Mobile + 2σ

De la sorte, on obtient un intervalle encadrant le cours moyen, qui ressemble à ceci :

Efficacité

L’efficacité des bandes de Bollinger n’est plus à faire valoir. En effet, d’une part il s’agit d’un indicateur technique très prompt à réagir mais de plus, si l’on admet l’hypothèse de la loi normale, il y a théoriquement plus de 95% de chances que les observations se retrouvent dans l’intervalle défini par les deux bandes extrêmes. Si le marché est volatile, l’écart-type sera important et donc les bandes plus éloignées. Lors d’une évolution plus calme avec une volatilité moins prononcée, on aura des bandes plus resserrées. L’utilité des bandes de Bollinger a été démontrée à plusieurs reprises, notamment pour repérer les supports, les résistances et anticiper des retournements de tendance.

Utilisation

Comme on l’a dit plus haut, les bandes de Bollinger peuvent être utilisées dans plusieurs buts. Elles permettent notamment de mettre en relief les cours qui s’éloignent trop d’une moyenne, symbolisée par la courbe centrale. Etant donné que les bandes évoluent selon la volatilité de cours, lorsque la moyenne mobile franchit à la hausse ou à la baisse les bandes qui l’encadrent, on peut estimer qu’il va se produire une évolution notable sur le cours.

Les bandes permettent de :

–          Repérer les principaux supports et les principales résistances,

–          Mettre en relief graphiquement la volatilité des cours,

–          Anticiper les évolutions de tendance,

–          Valider des signaux,

–          Aider à définir des zones d’achat et de vente et à les sécuriser.

Exemples pratiques

L’utilisation des bandes de Bollinger est plutôt simple. A travers 2 exemples, nous allons ici montrer leur utilité en analyse graphique !

Le premier exemple, visible ci-dessous, représente les bandes de Bollinger sur la valeur Axa, sur 2 ans.

Les différents niveaux de supports et de résistances, validés par les bandes, sont matérialisés par les traits rouges (résistance) et les traits vers (supports).

Globalement, lorsque les cours du titre franchit la bande de Bollinger inférieure (qui représente, rappelons le, le niveau théorique de support sur lequel le cours a plus de 95% de chances de rebondir pour rester dans l’intervalle), il s’agit généralement d’un excès à la baisse et le cours revient le plus souvent s’installer entre les deux extrêmes. De même, lorsque le cours franchit à la hausse la bande supérieure, il s’agit souvent d’un excès et la situation la plus courante est un retour du titre vers la bande de Bollinger inférieure. Cet état de fait est surtout démontré pour les marchés sans tendance claire (voir la partie « réserves » ci-dessous). Sur le cours d’Axa, qui suit tout de même une tendance que l’on peut plutôt qualifier de baissière, dans tous les cas observés de franchissement des bandes, on a pu voir en retour, rapidement, une évolution du cours dans le sens escompté. Plus généralement, on prendre les décisions suivantes :

–          Le cours dépasse une bande supérieure : vente à découvert, signal de future correction.

–          Le cours franchit un bande inférieure : signal d’achat, hausse du cours probable pour regagner la zone comprise dans l’intervalle des bandes de Bollinger.

Lorsque les marchés ont une tendance plus claire, les bonnes décisions seront globalement les suivantes :

–          Si le marché suit une tendance baissière et si le cours franchit la bande de Bollinger supérieure et qu’il s’y maintient, cette bande a de bonnes chances de devenir un support. Dans le cas contraire, il est probable que la baisse s’intensifie.

–          Si le marché suit une tendance haussière et que les cours viennent franchir la bande de Bollinger inférieure, il s’agit d’un probable signal de retournement et donc d’un signal de vente.

Attention : dans les deux cas donnés ci-dessous, cette stratégie de fonctionne que si elle a été confirmée par un autre indicateur (moyennes mobiles, stochastique, MACD ou RSI) ayant validé une divergence par rapport à l’orientation actuelle du cours (ex : indicateur qui indique une divergence haussière au sein d’une tendance baissière).

 Le second exemple, ci-dessous, se base sur le cours de France Telecom, sur un an.

Il met en relief la possibilité de placer des stops dans les ordres afin de protéger ses gains.

Pour le premier cas, après une tendance erratique, on constate que les cours viennent franchir à la baisse la bande de Bollinger inférieure. D’ordinaire il s’agit plutôt d’un signal d’achat, cependant, on voit sur le RSI que l’indicateur franchit à la baisse la zone neutre des 50% et vient taper les 20%, ce qui constitue une divergence baissière. C’est un signal de vente. On va donc passer un ordre à la vente en prenant soin de poser un seuil (stop) qui correspond au niveau de la bande de Bollinger opposé afin de se protéger contre un retournement fort de tendance tout en laissant suffisamment de « mou » pour que le titre puisse amorcer sa baisse dans le temps.  Par la suite, on voit que la tendance baissière se fait sentir pendant plus de 3 mois. Durant cette période, la bande de Bollinger supérieure sert de résistance au marché et n’est jamais vraiment menacée. Le RSI vient valider la tendance baissière en restant sous les 50% durant toute la durée de la consolidation du cours. Cependant, à la toute fin du mois de septembre, on va observer une divergence haussière sur cette tendance baissière, qui est symbolisée par le franchissement de la bande de Bollinger supérieure et par le franchissement des 50% pour le RSI (qui va avoisiner les 70%). Il s’agit d’un signal d’achat, qui pourra être fait couplé d’un stop au niveau de la bande de Bollinger basse qui se transforme en support.

Ces exemples montrent l’intérêt et la nécessité d’utiliser d’autres indicateurs que les bandes de Bollinger dans un marché à tendance, alors que ces mêmes bandes peuvent se suffire à elles-mêmes en dehors de toute tendance nette.

Réserves

Malgré la fiabilité de cet indicateur, on ne peut encore que conseiller de le coupler avec d’autres signaux afin de valider vos anticipations. Dans les marchés à forte tendance, il est aussi probable que les cours du titre analysé restent très proches de l’une ou l’autre des bandes de Bollinger (inférieure ou supérieure), selon l’orientation de la tendance, rendant le processus d’analyse graphique plus hasardeux. De plus, certains scientifiques, remettant en question la fiabilité et la normalité des marchés, estiment que la loi normale de s’applique pas aux marchés financiers, émettant donc des réserves sur l’efficacité de l’indicateur. Toutefois, les mouvements de masse et les prophéties auto réalisatrices aidant, les bandes de Bollinger restent un indicateur suffisamment fiable en analyse technique.

Partager