Vous avez bien lu. Un article de Reuters en provenance de Londres que j’ai consulté aujourd’hui dans le métro, en rentrant de mon harassante journée de travail (je plaisante, je bosse en banque alors n’exagérons rien), mentionne un fait assez intéressant.

Vous savez peut-être que durant cet été, plusieurs éruptions solaires d’une force conséquente ont été enregistrées, projetant dans le cosmos une pluie de particules entraînant sur notre Terre des tempêtes magnétiques qui provoquent des pannes électriques et de magnifiques aurores boréales à des latitudes nettement moins boréales que d’habitude.

Mais ô surprise, certains scientifiques ont formulé l’hypothèse que ces tempêtes magnétiques pouvaient affecter les comportements humains et la biochimie de notre organisme, affectant notre humeur et conduisant à des attitudes négatives. Certaines études ont montré qu’en effet, les admissions en hôpital psychiatrique pour dépression et les suicides étaient en hausse notable après les éruptions solaires. Allons même plus loin : en 2003, une étude de la Federal Reserve Bank of Atlanta a indiqué que les marchés financiers sont affectés par les tempêtes solaires, qui influent sur les traders qui font des choix plus négatifs durant ces moments.

Tout le monde pointe du doigt les politiciens incapables, les pilleurs encagoulés en Angleterre, la police inefficace et les banquiers trop gourmands, mais cette folie générale ne pourrait-elle pas être simplement causée par notre astre solaire ?

On pourrait donc expliquer l’effondrement des cours mondiaux depuis la fin du mois de juillet par la conjugaison d’indicateurs économiques maussades à ces tempêtes solaires. Peut-être même est-ce une tempête solaire qui a poussé un analyste de S&P à dégrader la note des USA ? Après tout, cela pourrait être plausible, des études sur les sentiments des investisseurs ont montré que des variables aussi peu signifiantes que la météo ou les résultats sportifs influençaient les marchés financiers. D’ailleurs, un article sur la finance comportementale sera à venir sur ce site.

Alors, un mini krach boursier quasi exceptionnel pourrait être expliqué par une réunion de facteurs encore plus exceptionnels, l’effet de masse des investisseurs faisant le reste ? A vous d’en juger, mais pourquoi pas…

Partager