Les volumes sont un indicateur technique de base. Même s’il ne s’agit en aucun cas d’un indicateur qui permet de prendre des décisions grâce à sa seule observation, c’est un élément important en analyse technique. De par sa simplicité extrême de compréhension, sa clarté et sa transparence, il est important d’en tenir compte lors d’une analyse sur une valeur, mais toujours en complément d’autres indicateurs techniques.

Que représentent les volumes ? Tout simplement les montants échangés lors d’une journée de bourse. Plus les volumes sont élevés, plus les échanges ont été intenses et vice-versa.

Il est quasi-impossible d’utiliser les volumes seuls. En effet, une augmentation des volumes ne signifie tout simplement que plus d’investisseurs se sont manifestés ou qu’ils ont changé leurs anticipations d’où leur intervention sur le marché, mais les volumes n’indiquent pas clairement si ces investisseurs sont à la hausse ou à la baisse. De même, de forts volumes ne riment pas forcément avec une forte volatilité.

C’est donc un indicateur « tricky », comme diraient les anglo-saxons, car on peut très difficilement anticiper des tendances de par son utilisation.

Toutefois, au sein d’une tendance ou mis en parallèles avec d’autres signaux, les volumes peuvent fournir de précieuses indications. Par exemple, lors d’une hausse, si les volumes sont fort et en croissance puis qu’on constate un ralentissement de cette hausse avec des volumes qui faiblissent, on peut être amené à penser que les investisseurs se montrent de plus en plus attentistes et de moins en moins confiants dans la hausse des prix. De même, si l’on prend l’exemple d’une baisse des cours, des volumes qui diminuent peuvent laisser penser que les vendeurs se font moins remarquer qu’auparavant. Lors d’un changement dans la tendance, si les volumes augmentent, il faudra être attentif à tous les signaux possibles. Si l’on prend l’exemple d’une hausse des cours, avec des volumes qui stagnent voire diminuent, puis une baisse qui s’amorcent ; si à ce moment là les volumes se montrent plus puissants, cela peut vouloir dire que les vendeurs, attentistes lors des derniers moments de hausse, se décident à entrer en jeu ce qui conduit à un plus haut niveau d’échanges. Attention toutefois, de plus forts échanges ne signifient pas que les vendeurs ont forcément pris le dessus.

Globalement, on peut dire que des volumes très stables et en hausse vont soutenir une tendance (si celle-ci n’amorce pas de retournement) quand des volumes plus faibles vont indiquer un plus grand attentisme de la part des investisseurs, avec une prise de décision peu preste. De très forts volumes, concentrés, se rencontrent aussi lors des périodes d’hystérie collective.

Exemple

On peut faire une analyse très simple du rôle des volumes sur la courbe du CAC 40 à 1 an.

La première barre orange symbolise la croissance des volumes durant une tendance. Ceci vient soutenir le faire que la tendance haussière est stable (elle durera en effet de mi-décembre à mi-février). Cette tendance est interrompue par un évènement inattendu : le tsunami au Japon et la catastrophe de Fukushima, ce qui induit de forts volumes et une mini-panique sur les marchés (cercle orange). Plus loin, on peut souligner la chute des volumes lors du pic au sein d’une tendance baissière, qui laisse supposer un certain attentisme de la part des investisseurs et une faiblesse des acheteurs. On remarque que les vendeurs interviennent en masse ensuite dès qu’un mouvement fortement baissier se refait sentir (croissance des volumes à plusieurs reprises).

Dans un autre exemple, avec des bougies japonaises sur le CAC 3 mois cette fois :

Que voit-on ? Ici encore, l’interprétation des volumes seuls est ardue. La croissance suivie d’une chute mi-août peut signifier la stabilisation d’un mouvement de baisse fort, avec des vendeurs qui se montrent moins vindicatifs, ce qui correspond au moment où la moyenne mobile 20 bourses passe au-dessus de la moyenne mobile 50 bourses. Toutefois, le RSI reste en zone de vente, sous les 50%. Plus tard toutefois, ce même RSI va casser la zone de neutralité pour passer en achat, avant de retrouver des zones proches des 50%. Les moyennes mobiles qui se rejoignent et les volumes en léger retrait (pouvant laisser anticiper une rupture de tendance ?) peuvent laisser penser que les acheteurs n’ont pas été extrêmement présents, d’où un rebond technique sans grande conviction bien que certains signaux issus des bougies aient laissé entrevoir des positions intéressantes à très court terme. Il est vrai que l’actualité a été très chargée à cette période.

En résumé, les volumes peuvent être compris comme des indicateurs de conviction des investisseurs. Lorsque leur tendance diverge d’avec celle des prix, cela laisse généralement supposer que de moins en moins d’intervenants désirent échanger l’actif à son nouveau prix. Les volumes doivent toutefois être considérés dans un contexte global, parmi d’autres indicateurs, pour confirmer un sentiment de marché (beaucoup plus rarement l’infirmer, les volumes n’étant pas un élément technique assez puissant). Il faudra être particulièrement vigilant lors des décalages de marché, en présence de signes de retournement après une tendance (par exemple avec des figures de retournement ou des configurations de retournement observable via les bougies japonaises). Dans ces cas-là, il se pourrait voir que vous soyez face à des signaux exploitables, mais il conviendra de toujours rester vigilant et de bien suivre le marché. N’oubliez jamais que l’analyse technique n’est pas une science exacte et surtout que les prises de positions ne se font qu’à court terme.

Partager