L’agence de notation américaine Standard and Poor’s a aujourd’hui confirmé la note double A de la France, avec une note de crédit court-terme A-1+ et une perspective stable, en saluant principalement les efforts du gouvernement pour améliorer la compétitivité du pays et lutter contre le déficit public (source : Standard & Poor’s, Reuters).

Toutefois, l’agence souligne également un optimisme exagéré du gouvernement socialiste en termes de prévisions. Malgré la volonté grandissante du gouvernement de faire face aux difficultés économiques et des actions allant dans le bon sens, Standard & Poor’s a une vision un peu plus conservative. La baisse des charges est vue comme un élément positif (notamment via le pacte de stabilité, avec une réduction du coût du travail, une amélioration de la fiscalité des entreprise et une flexibilité plus grande en termes de choix possibles), et le gouvernement semble prendre des décisions allant dans le bon sens pour améliorer le climat des affaires. Cependant, les prévisions de S&P sont bien moins bonnes que celles du gouvernement, avec un déficit public de 3.8% du PIB en 2014 et 2.7% en 2017 (contre 1.7% prévus par la France).

Nous pensons également qu’il est encore difficile d’évaluer les conséquences du pacte de stabilité qui n’est pas encore voté et non encore suffisamment détaillé pour se lancer dans un exercice de prévisions. En outre on ne peut encore clairement estimer les effets sur la croissance : s’ils seront positifs, il est difficile d’évaluer dans quelle mesure l’investissement privé pourra prendre le pas sur la baisse de la dépense publique, donc de donner une prévision en termes de points de croissance dans les prochaines années.

Pour le moment, la note de long-terme AA restera donc stable. Il s’agit de la troisième meilleure note possible dans l’échelle de l’agence.

Pour en savoir plus, la communication et la méthode de notation sur le site web de S&P : http://www.standardandpoors.com/en_US/web/guest/home

Partager