« Les débuts de semaine se suivent et se ressemblent avec un plongeon des indices boursiers européens sur fond d’incertitude politique en Grèce et de tension sur les taux longs espagnols (6,3%).
Wall Street ouvre en repli mais sans afficher d’écarts spectaculaires puisque le ‘S&P’ qui cède 0,85% et le Nasdaq -0,95%… mais ce qui frappe davantage les esprits, c’est que le Dow Jones (-0,75% à 12.725Pts) aligne une 8ème séance de repli sur une série de 9.

Les matières premières sont entraînées vers de nouveaux planchers annuels avec un baril de pétrole qui décroche de -2% à 94,5$ et une once d’or qui chute de -1,5% à 1.560$ (sous le plancher du 30/12/2011 inscrit à 1.575$).

Les écarts à la baisse sur les actions apparaissent très similaires à une semaine d’intervalle avec un CAC40 qui lâche 2,55% à 3.050 points, tandis que le FTSE et le DAX reculent respectivement de -2,1%, la bourse de Madrid lâche de 2,8%, celle de Milan de -3,15%.
Les chartistes redoutent à présent l’enfoncement des 2.200Pts sur l’Euro-Stoxx50 qui perd 2,5% et se retrouve effectivement en situation délicate vers 2.193Pts.

‘Le passage de l’indice CAC 40 en-dessous de la zone support 3050-3090 points entrainerait une accélération baissière de l’indice en direction des 3019 points et 2940 points’, prévient Barclays Bourse, en terme d’analyse technique.

‘Ce qui inquiète les marchés actions, c’est l’incertitude concernant l’avenir de la Grèce au sein de la zone euro (si la Grèce sort, cela créerait un précédent qui impliquerait une tension supplémentaire sur les taux des pays les plus fragiles, et techniquement, comment procéder en évitant une sortie de capitaux des banques en Grèce de la part des épargnants?) et la montée des partis extrémistes anti européens dans plusieurs pays de la zone euro qui fragilise la stabilité politique’, indiquent les gérants.

‘Une nouvelle coalition viable doit être formée impérativement d’ici jeudi, date prévue de la première séance du nouveau parlement, faute de quoi de nouvelles élections seront convoquées pour juin. Ce week-end, un accord semblait être trouvé entre les trois partis, avant d’être démenti dimanche soir’, souligne pour sa part Aurel BGC.

L’Eurogroupe (ministres des Finances de la zone euro) se réunit ce soir et devrait adopter un ton de fermeté face à l’enlisement grec.

D’autre part, le revers électoral subi par Angela Merkel en Rhénanie du Nord-Westphalie pourrait diminuer son influence et son pouvoir sur le Vieux Continent. La Chancelière doit rencontrer le nouveau Président français en milieu de semaine, tandis que la réunion du G8 se tiendra vendredi.

Aucune donnée américaine n’est attendue cet après-midi outre-Atlantique, mais les investisseurs ont pris connaissance ce matin d’une baisse de 0,3% de la production industrielle dans la zone euro, en mars par rapport à février.

Sur le front des valeurs, le compartiment des financières chute de -3% en moyenne mais on note le même type d’écarts au sein des ‘cycliques’ avec un secteur automobile particulièrement sous pression puisque Faurecia plonge de -5%, Peugeot de -3,8%, Renault de -3,2%..

Eutelsat parvient à limiter la casse, se repliant de 0,5% à 23,4 euros, grâce à un relèvement de recommandation de HSBC. » Source: cercle finance

Les données de clôture

Déprimée par la Grèce, la Bourse de Paris finit en nette baisse avec un CAC 40 qui se rétracte de 2.29% à 3,057.99 points, un plus bas de l’année. Ailleurs en Europe, le DAX perd 1.94% à 6,499.79 points et le Footsie se replie de 1.97% à 5,465.52 points. En Italie et en Espagne, la tendance n’est pas meilleure avec des chutes respectives de 2.74% et 2.66%. Tous les gains de l’année sont effacés pour la majorité des indices européens, exception faite de l’Allemagne. En Asie, la déprime est aussi de mise sauf pour le Japon avec un Nikkei qui parvient à clôturer à + 0.23% et qui s’adjuge une progression cumulée depuis le 01/01 de plus de 6.1%. Au moment où nous écrivons, les indices majeurs US sont aussi clairement dans le rouge et aucune donnée spécifique n’est attendue outre-atlantique.

Ci-dessous, la tendance du CAC 40 pour la journée du 14/05/2012, à noter que la volatilité est telle et à ce point dépendante de la conjoncture politique, économique et monétaire, qu’aucune tendance ne peut être pour le moment anticipée si ce n’est une correction :

Partager