Ce premier article de 2014 est l’occasion pour nous de vous souhaiter à toutes et tous une excellente nouvelle année ! Et également de faire un point sur les performances de notre portefeuille passif type sur le dernier trimestre 2013.

Et les performances sont assez décevantes à notre goût bien que positives, avec un rendement global (plus-value seule) de +0.47% entre octobre et décembre, contre +1.81% pour le benchmark.

Les secteurs qui ont bien performé sont les financières et les industrielles, alors que le portefeuille a été négativement impacté par ressources et énergie (Technip et CGG avec des baisses de recommandations de brokers malgré des contrats intéressants) et dans une moindre mesure par le luxe (outlook moins favorable, demande plus faible des émergents). Peugeot a aussi mal terminé l’année après avoir réalisé une excellente performance jusqu’au mois de novembre, ce qui a pesé sur le secteur des biens de consommation.

Ce portefeuille, constitué de 29 titres sur 6 secteurs, est bien diversifié. Hormis les 3 grands perdants de ce dernier trimestre (des pertes qui auraient été limitées dans le cadre d’une gestion active ou bien grâce à des stops bien placés), le portefeuille a été très corrélé au benchmark. Les marchés se sont montrés volatiles, notamment entre mi novembre et mi décembre où certains, tels que le marché français, ont subi des corrections dans le cadre des incertitudes entourant la politique monétaire de la fed et le tapering.

 

Le CAC 40 quant à lui réalise une performance de +17.99% sur 2013, globalement tiré par des éléments exogènes et les politiques accommodantes des banques centrales (à mettre en

relation avec une augmentation d

es profits des entreprises de seulement 3% et une croissance française atone). A l’heure où le consensu

s est clairement haussier (on parle d’un CAC à 4,500, voire d’une hausse de 13% attendue en 2014), les révisions en baisse de la croissance mondiale par le FMI, l’a

mplification du tapering, la faiblesse de la reprise en zone euro, nous font douter de ces perspectives optimistes. Nous livrerons nos vues d’ici quelques jours dans la première note trimestrielle de 2014 !

 

 

 

Partager