L’analyse technique, ou graphique, est une technique d’analyse qui utilise à la fois des données graphiques matérialisées par les prix des actifs et également des données numériques, généralement formalisées sous forme de graphes. L’analyse technique peut être utilisée pour tous les types d’actifs existants et ne nécessite pas de pré-requis ou de connaissances préalables en finance, ce qui constitue un très grand avantage pour le profane intéressé par les marchés financiers mais n’ayant pas un bagage financier ou ne travaillant pas dans le secteur. De manière même plus poussée, l’analyse technique ne requiert même aucune connaissance spécifique concernant l’actif analysé (qui peut être une action, une obligation, une commodité comme le blé ou le café…), il est donc extrêmement simple d’utiliser cette technique. Généralement, les praticiens estiment que l’analyse technique est efficace sur des marchés efficients, nous reviendrons sur cette hypothèse dans un prochain article sur ce site, dans la rubrique consacrée aux connaissances théoriques..

Le principe de l’analyse technique repose sur les constats suivants :

–          Les prix d’un actif échangé sont fixés par l’équilibre de l’offre et de la demande et toute modification de cet équilibre aboutit à un ajustement des prix,

–          L’évolution des prix à court terme peut être prédite en se basant sur une analyse graphique et en utilisant certains outils techniques.

Par ailleurs, il est très important de connaître les principales hypothèses concernant cette technique d’analyse :

–          Il s’agit d’une analyse qui n’est absolument pas une science exacte. Même s’il existe certaines techniques qui permettent de prédire plutôt bien l’évolution d’un cours, l’interprétation des évolutions graphiques se fait par des analystes qui sont humains (et dont la perception peut varier d’un individu à l’autre) et qui, par essence, ne sont pas rationnels à 100%.

–          Les analystes techniques s’accordent sur le fait que selon eux, les tendances visibles sur les courbes peuvent être identifiées dans le temps et se répètent à intervalle plus ou moins régulier (idée de « cycles »)

–          L’analyse technique, même si elle est très souvent disputée au profit de l’analyse fondamentale, dite plus « exacte » et « objective », reflétant mieux la valeur intrinsèque (ou « fair value ») d’un actif, repose aussi sur les prédictions « auto-réalisatrices ». Que veut dire cette notion ? Tout simplement que si la plupart des opérateurs de marché utilisent l’analyse technique, ils vont prendre plus ou moins les mêmes décisions aux mêmes moments et de ce fait les courbes vont correspondre à leurs anticipations.

L’analyse technique fait appel à des outils variés, qui seront tous expliqués et détaillés dans des articles dédiés sur ce même site. On retrouve notamment :

–          L’étude des graphiques : graphique linéaire (line chart), diagramme en bâtons (bar chart), échelles linéaires et logarithmiques, volume, RSI, point and figure chart,

–          L’étude des tendances et la matérialisation de canaux et de gaps,

–          Les schémas et modélisations (patterns) parmi lesquels on retrouve « l’épaule-tête-épaule » (ou Head and Shoulders), les W de retournement, les triple top or bottom, les triangles, les rectangles,

–          Les bougies japonaises (candlestick chart) et toutes les figures observables sur cet indicateur,

–          Les indicateurs techniques comme les moyennes mobiles, les bandes de Bollinger, le ROC, le MACD et le RSI ainsi que d’autres indicateurs comme le VIX (ou indice de la peur), les indicateurs de sentiment de marché et de nombreux autres indicateurs calculés,

–          Les cycles parmi lesquels on trouve les cycles de 10 ans, le fameux cycle de Kondratieff, le cycle de 18 ans, le cycle présidentiel américain, le cycle d’Elliott (Wave Principle) ou encore le cycle de Kitchin.

Pour résumer, l’analyse technique est une discipline qui nécessite l’appropriation de nombreux outils mais qui repose avant tout sur un logique assez stricte tout en faisant appel à beaucoup d’interprétation ce qui peut paraître paradoxal mais ce qui explique aussi parfois les décalages qui s’observent entre les prévisions et les évolutions réelles. Cependant c’est aussi une discipline très intéressante, prenante et créative qui peut très bien fonctionner mais uniquement sur des anticipations à court terme (quelques minutes à quelques jours).

 

Partager