Mots clés

Hollande

Triple A, Double perte

News Par 2012-11-20 Mots clés:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , 2 Commentaires

 News de ce soir, aucun article prévu mais nous ne pouvions pas passer à côté d’une nouvelle de cette importance : Moody’s (l’une des 3 principales agences de notation) a déclassé d’un cran la note souveraine de la France, de AAA à AA1. La France était en effet sous perspective négative depuis plusieurs mois (février 2012). On se souvient de la dégradation de AAA à AA+ de la part de Standard and Poor’s en janvier dernier. Avec deux agences qui retirent la meilleure note possible aux instruments financiers émis par la France, le pays est officiellement déclassé. Moody’s a en outre précisé, d’après les informations dont nous disposons à cette heure (23h30, sources Bloomberg et Moody’s), que la note de la France est toujours assortie d’une perspective négative, ce qui signifie que ce AA1 ne pourrait être que temporaire et que l’agence sera peut être amenée à abaisser cette note à moyen terme, note qui reste correcte mais méritée, il faut tout de même le dire.

Que cela signifie-t-il donc dans l’absolu ?

Partager

Un premier geste, une élection, des questions

News Par 2012-11-06 Mots clés:, , , , , , , , , , , , , , , Pas de commentaires

 La nouvelle la plus importante du jour sur un plan franco français, c’était bien sûr ces précisions concernant la manière dont le gouvernement aurait choisi d’agir à propos du rapport remis hier par Louis Gallois au premier ministre. Hormis les mauvaises langues qui auraient dit que l’action du gouvernement aurait été facilitée par la prétendue sensibilité de gauche de Louis Gallois (il faut pourtant mentionner la collaboration de l’intéressé avec des gouvernements de gauche comme de droite) ainsi que ses compétences qui ne sont plus à énumérer qui le rendent légitime, l’opinion s’attendait pourtant à une inaction de la part de la majorité étant donné le recul pris récemment par le président avec ce rapport.

La bonne surprise donc est que

Partager

La grande braderie de France !

News Par 2012-10-02 Mots clés:, , , , , , , , , , , , Pas de commentaires

 Pour ajouter à la dépression ambiante de nombre de nos confrères libéraux ou entrepreneurs et également pour en rajouter une légère couche sur le sujet (sujet qui commence clairement à captiver les foules étant donné le nombre de mobilisations pour des actions comme « entrepreneurs pigeons » ou autres…), nous apportons notre modeste pierre à l’édifice.

Car il y a de quoi être déçu pour certains, dénoncer voire s’insurger pour d’autres. Vendredi dernier, 28 septembre 2012, une mesure pittoresque pour ne pas dire suicidaire a frappé notre pays. Depuis le temps que ce site existe, nous avions plutôt émis des recommandations, défendu une certaine conception de l’Europe intégrée, fédérale et libérale, défendu l’utilité des marchés financiers et des institutions financières, en veillant à ne pas s’inscrire trop profondément dans un parti pris, forcément réducteur à notre sens. Mais le nouveau paquet fiscal et plus particulièrement certaines mesures, qui passent presque inaperçues, sont un motif légitime pour exprimer l’insatisfaction d’une bonne partie de l’opinion, celle-là même qui crée des emplois et remplit les caisses de l’Etat.

Le gouvernement a en effet choisi d’aligner la taxation des plus-values sur

Partager

Atmosphère électrique avant le 17/06 ou un plaidoyer pour une UE fédérale

News Par 2012-06-14 Mots clés:, , , , , , , , , , , , , , , Pas de commentaires

La Bourse de Paris parvient à sauver les meubles en ce jeudi 14 juin. Pourtant, tout avait vraiment mal commencé. Ce matin et après de vives tensions depuis plusieurs jours, le rendement des bons espagnols à 10 ans avait flirté avec les 7%, un niveau de plus haut historique et théoriquement au-delà duquel un Etat a de fortes chances de perdre le contrôle de l’évolution de sa dette (comme le Portugal, la Grèce et l’Irlande qui avaient fait appel à l’aide de l’Europe au-delà de ce taux). Ceci s’explique par la décision de Moody’s de dégrader la note souveraine espagnole de 3 notchs, à Baa3 avec une perspective négative (c’est-à-dire susceptible d’évoluer négativement à court terme), en raison de l’emprunt de 100 milliards d’euros que va contracter Madrid auprès du fonds de sauvetage européen afin de soutenir le système bancaire du pays qui a de lourds besoins en recapitalisation mais aussi en liquidités. En d’autres termes, ce nouvel alourdissement de la dette espagnole n’est pas soutenable pour Moody’s car même si l’Espagne est bien moins endettée que l’Italie ou la France, les taux espagnols élevés limitent son accès au marché et les perspectives économiques sont encore moins plaisantes que de l’autre côté des Pyrénées.

L’Italie a également pesé dans la balance du côté des vendeurs sur les bourses Européennes ce matin, avec une nouvelle adjudication d’obligations à moyen et long terme, pour 4.5 milliards d’euros de dette levée, mais avec des taux en forte hausse

Partager

L’euroland (encore) à vif

News Par 2012-05-23 Mots clés:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , 2 Commentaires

La zone euro encore en pleine tourmente, la barbe. Au vu de cette journée marquée par le catastrophisme, il est bon de livrer quelques éléments.

Tout d’abord, c’est vrai, la zone euro est maintenant clairement en danger, en témoignent les vives tensions sur la parité euro-dollar. Mais qu’est-ce qui menace à ce point l’euroland ?

Nous ne surprendrons personne si nous parlons tout d’abord de la Grèce. Après l’impossible coalition du début du mois qui va conduire à un nouveau scrutin le 17 juin, de fortes inquiétudes se sont réveillées chez les investisseurs mais aussi chez les dirigeants européens. Si les urnes font ressortir une majorité anti-austérité en juin prochain, il est alors possible sinon probable que la Grèce, à bout de souffle, abandonne

Partager

L’herbe plus verte ailleurs ?

News Par 2012-05-15 Mots clés:, , , , , , , , , 1 Commentaire

Avant l’élection de François Hollande, certains professionnels de la finance laissaient présager que l’arrivée du parti socialiste aux plus hautes fonctions de l’état, du jamais vu depuis 17 ans, pourrait conduire à une forte hémorragie de financiers qui chercheraient à trouver refuge à l’étranger, notamment à Londres où la communauté française dans la ville compterait plus de 120,000 personnes à fin 2011 (selon les données officielles du Ministère des Affaires Etrangères), en sachant que d’autres sources évoquent plutôt l’estimation suivante : entre 300,000 et 400,000 français seraient à Londres. Il est en effet difficile de calculer précisément ce chiffre étant donné la facilité de rejoindre le Royaume-Uni avec une simple carte d’identité de la communauté européenne. Certains ont même déjà avancé des chiffres : près de 100,000 nouveaux français pourraient être amenés à s’installer dans le Grand Londres, une majorité de ces nouveaux arrivants exerçant dans le secteur de la finance.

Une étude d’e-financial careers, site Internet spécialisé dans les métiers de la finance, arrive donc à point nommé. Selon cette enquête, près d’un répondant sur quatre (24%) seulement se déclare satisfait de l’élection de François Hollande à la présidence de la république. Par contre, l’immense majorité des professionnels de la finance interrogés, soit 65%, se déclarent clairement insatisfaits. 11% se déclarent sans avis. Ces chiffres ne représentent certes pas une surprise. Mais les raisons qui ont poussé à se déclarer satisfait ou insatisfait sont plus intéressantes.

Partager

Nouvelle donne, contexte fragile, futur incertain

News Par 2012-05-07 Mots clés:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Pas de commentaires

Malgré l’élection du prétendant socialiste hier à la présidence de la République, les marchés européens ont globalement bien résisté, avec un CAC qui clôture à +1.65% en fin de journée et qui repart du bon pied en glanant 52.25 points à 3,215.22 points. Milan était en hausse de 2.56%, Madrid de 2.72%, dopés par les lumières d’une possible mais coûteuse relance économique. Francfort a clôturé plus stable à +0.12% seulement. Certes, certains investisseurs ne sont pas encore présents (la bourse de Londres étant fermée ce lundi) et nous ne pouvons encore nous permettre de formuler des conclusions hâtives, mais le marché, comme attendu, semble avoir déjà bien pricé la victoire de Hollande, certes bien moins fulgurante qu’annoncée mais victoire tout de même, face à Nicolas Sarkozy.

Pourtant, tout est encore loin d’être apaisé. Le nouveau président n’est pas encore investi. Aucune mesure n’est prise. L’élection relève encore pour le moment du virtuel.

De plus, un certain nombre de risques demeurent et non des moindres :

Partager