Mots clés

oil prices

In short – Les recos des banques et le pétrole

Analyses & Conseils, News Par 2016-05-17 Mots clés:, , , , , , , , , Pas de commentaires
Les recos inondent les marchés...mais sont-elles utiles ? Credits: Marketwatch

Les recos inondent les marchés…mais sont-elles utiles ?
Credits: Marketwatch

Le rebond des prix du pétrole depuis le mois de février n’a échappé à aucun investisseur averti. D’un plus bas atteint fin Janvier aux alentours de 28 dollars, le baril de pétrole Brent de la mer du Nord s’est inscrit dans une nouvelle tendance haussière, en rupture d’un double canal baissier de près d’un an et demi (interrompu à l’été 2015 par une brève tendance ayant fait passer le prix du baril de 42 à 53 dollars), en reprenant tout d’abord les 35 dollars avant de revenir sur les 30 en support fin Février. Une seconde période haussière jusqu’à fin Mars a ensuite amené le baril sur les 42 dollars, pour ensuite retrouver le support des 38.

Partager

Prix du pétrole : nouveau paradigme ? / Oil prices review

Analyses & Conseils Par 2016-02-03 Mots clés:, , , , , , , , , , , , Pas de commentaires
Ca pompe mais pas du cash.

Ca pompe mais pas du cash.

 Le pétrole et plus particulièrement son prix, c’est l’un des sujets chauds du moment, qui a des implications gigantesques que ce soit au niveau de l’économie des pays tant producteurs que consommateurs, au niveau géopolitique, au niveau financier avec les effets que l’on sait sur les marchés (ce qui continue à se passer aujourd’hui ne fait pas exception à la règle) et aussi des effets sur le plan stratégique : quel monde et quelle énergie pour demain ?

Depuis des années, au moins 10 ans pour être exact, le consensus était pour un prix du pétrole toujours plus élevé. Ce consensus, cette certitude (chez Morning-Meeting, nous détestons le consensus, ça empêche de penser et ça peut même rendre idiot), a véritablement commencé lorsque le prix du baril de pétrole (Brent ou WTI, on ne sait plus trop) est passé pour la première fois au-dessus de la barre des 60 Dollars US. La réthorique, qui aura duré plusieurs années, était la suivante :

Partager