Mots clés

triple A

Maintien de la note AA pour la France

News Par 2014-04-25 Mots clés:, , , , , , , , , , Pas de commentaires

 L’agence de notation américaine Standard and Poor’s a aujourd’hui confirmé la note double A de la France, avec une note de crédit court-terme A-1+ et une perspective stable, en saluant principalement les efforts du gouvernement pour améliorer la compétitivité du pays et lutter contre le déficit public (source : Standard & Poor’s, Reuters).

Toutefois, l’agence souligne également un optimisme exagéré du gouvernement socialiste en termes de prévisions. Malgré la volonté grandissante du gouvernement de faire face aux difficultés économiques et des actions allant dans le bon sens, Standard & Poor’s a une vision un peu plus

Partager

Triple A, Double perte

News Par 2012-11-20 Mots clés:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , 2 Commentaires

 News de ce soir, aucun article prévu mais nous ne pouvions pas passer à côté d’une nouvelle de cette importance : Moody’s (l’une des 3 principales agences de notation) a déclassé d’un cran la note souveraine de la France, de AAA à AA1. La France était en effet sous perspective négative depuis plusieurs mois (février 2012). On se souvient de la dégradation de AAA à AA+ de la part de Standard and Poor’s en janvier dernier. Avec deux agences qui retirent la meilleure note possible aux instruments financiers émis par la France, le pays est officiellement déclassé. Moody’s a en outre précisé, d’après les informations dont nous disposons à cette heure (23h30, sources Bloomberg et Moody’s), que la note de la France est toujours assortie d’une perspective négative, ce qui signifie que ce AA1 ne pourrait être que temporaire et que l’agence sera peut être amenée à abaisser cette note à moyen terme, note qui reste correcte mais méritée, il faut tout de même le dire.

Que cela signifie-t-il donc dans l’absolu ?

Partager

Le point du 24/07

News Par 2012-07-24 Mots clés:, , , , , , , , , , , , , , Pas de commentaires

 Après la journée d’hier extrêmement brutale sur les marchés avec la détérioration de la parité EUR/USD (avec un euro qui vaut moins de 1.21 dollars soit un plus bas de deux ans environ) ainsi que les tensions autour des taux espagnols (suite aux demandes des régions de Valence puis d’autres région d’aides financières au gouvernement central), puis par contagion aux rendements italiens, la bourse de Paris termine la journée du 24/07 toujours en baisse mais moins marquée. L’indice star français a clôturé à 3,074.68 points, après avoir cédé près de 0.9% au cours de la journée. Cependant, la fébrilité des investisseurs s’est calmée, avec un volume d’échanges faibles (moins de 750 millions d’euros) ce qui est le signe d’une grande circonspection de la part des opérateurs de marchés, agacés et frustrés après d’éternels rebonds suivis par d’éternelles déceptions.

Cette baisse du jour est probablement imputable aux nouvelles économiques décevantes en Europe et à de nouvelles tensions sur les taux des obligations espagnoles. Pis, nous avons appris de Moody’s hier soir vers 23h heure française

Partager

AA+

News Par 2012-01-14 Mots clés:, , , , , , , , , , Pas de commentaires

La France a perdu son triple A, se lamentent toutes les sources médiatiques depuis bientôt 24h.  Cela vaut bien un article. En effet, S&P a diminué la note souveraine du pays d’un notch, à AA+.

Hier après-midi, toutes les bourses ouvertes ont brutalement basculé dans le rouge, notamment notre indice phare CAC 40 (dont la tendance était pourtant nettement à la hausse toute la journée), le DAX et le FTSE, et ce suite à la rumeur de dégradation de plusieurs notes souveraines européennes. On savait en effet que l’agence Standard and Poor’s devait rendre son verdict ce mois-ci. Verdict légèrement modifié puisque plusieurs pays ont échappé à la dégradation (dont l’Allemagne, les Pays-Bas et la Finlande). En réaction, les rendements obligataires sont encore repartis à la hausse (France bien au dessus des 3%, Italie proche des 7%…).

Cette annonce a donc jeté à nouveau de l’huile sur le feu des craintes européennes, alors même qu’hier matin, certains commençaient à sous-entendre pour la première fois que nous étions dans une situation proche d’une sortie de crise (adjudications réussies par Rome qui a placé 3 milliards d’obligations à trois ans sous 5% de coupon).

Pourtant, les données macroéconomiques ne sont pas dégradées

Partager