Mots clés

zone euro

L’Europe enfin calmée ?

News Par 2013-01-11 Mots clés:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , Pas de commentaires

 Mario Draghi a peut être gagné la partie…et gratuitement, sans verser un seul euro. En effet, aujourd’hui, rares sont encore ceux qui parient sur une dislocation de la zone euro. L’Europe a tenu envers et contre tout, surtout ceux qui jouaient sur sa perte. Pour preuve, le resserrement un peu plus fort aujourd’hui des spreads de taux entre les différents pays européens:

1/ L’Italie: EUR 3.5bn d’obligations placées ce matin au taux de 1.85% (vs. 2.50% pour la dernière opération similaire). Cela signifie qu’il s’agit du taux le plus faible observé depuis le premier trimestre 2010. Taux 10 ans Italien: 3.98%

2/ L’Espagne: à 4.88% pour le 10 ans, le rendement se détend également.

Partager

Un premier geste, une élection, des questions

News Par 2012-11-06 Mots clés:, , , , , , , , , , , , , , , Pas de commentaires

 La nouvelle la plus importante du jour sur un plan franco français, c’était bien sûr ces précisions concernant la manière dont le gouvernement aurait choisi d’agir à propos du rapport remis hier par Louis Gallois au premier ministre. Hormis les mauvaises langues qui auraient dit que l’action du gouvernement aurait été facilitée par la prétendue sensibilité de gauche de Louis Gallois (il faut pourtant mentionner la collaboration de l’intéressé avec des gouvernements de gauche comme de droite) ainsi que ses compétences qui ne sont plus à énumérer qui le rendent légitime, l’opinion s’attendait pourtant à une inaction de la part de la majorité étant donné le recul pris récemment par le président avec ce rapport.

La bonne surprise donc est que

Partager

Sellers are back : volatilité à venir sur les souverains ?

News Par 2012-04-13 Mots clés:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , 2 Commentaires

Le CAC 40 a perdu plus de 2% aujourd’hui, plus exactement en retrait de 2.47% à 3,189.09 points, cassant un support que nous considérions comme important, celui des 3,200 points. Sur les autres places européennes la même tendance est observable avec Londres qui se replie de 1.03% et Francfort qui lâche 2.36%. L’eurostoxx 50 fait également très grise mine puisqu’il s’est rétracté de près de 2.6%. Milan et Madrid, comme on peut aussi s’y attendre, chutent de leur coté de respectivement 3,5% et 3,6%. En bref, nous sommes revenus à des niveaux de valorisation qui sont faibles et même très faibles et les indices français se positionnent de manière médiocre entre le Royaume Uni et l’Allemagne d’un côté (le UK étant plus à l’abri des tensions sur la zone euro) et l’Italie et l’Espagne de l’autre (mais ce n’est pas une surprise). Encore une séance comme celle-ci et le CAC aura clairement effacé les gains enregistrés depuis le début de cette année qui commençait pourtant très bien. Côté valeurs, ce sont les cycliques/industrielles (Lafarge, Peugeot) qui ont le plus pâti de cette tendance dépressive, L’Oréal étant le seul titre à parvenir à se maintenir, grappillant tout juste 1%). Les bancaires ne sont également pas à la fête, et pour cause.

Qu’est-ce qui inquiète les investisseurs ? Plusieurs aspects conjugués.

Partager

La réponse du FT à N. Sarkozy

News Par 2012-04-13 Mots clés:, , , , , , , , , , Pas de commentaires

Hier soir, Nicolas Sarkozy s’est exprimé à propos de reproches qui lui été faits par le Financial Times. Le grand quotidien financier anglais défendait en effet en quelques sortes François Hollande à propos de son idée d’insérer un onglet sur la croissance dans le récent traité européen. Hollande serait en effet dans cette logique keynésienne d’investissement pour relancer la croissance et non seulement de rigueur pour contenir les déficits. Cette réflexion, qui est sensée, n’est pas forcément exacte car Sarkozy avait déjà défendue l’idée selon laquelle sans croissance, la gestion des déficits serait peine perdue et se traduirait par une dépression et un appauvrissement.

Hier soir donc, le président-candidat français a répondu au Financial Times de la manière suivante :  « Ils ne sont pas d’accord avec moi, ça me réjouit beaucoup figurez-vous, parce que je ne suis pas d’accord avec eux (…) Le ‘FT’, comme on dit dans les milieux informés, a toujours défendu le modèle anglo-saxon, considérant que les Français étaient incorrigibles et que nous ferions bien mieux de nous aligner sur le modèle anglo-saxon (…)  [il] nous explique qu’il faut faire exactement comme la Grande-Bretagne, qui est dans une situation économique bien pire que la France. Donc j’accepte bien volontiers qu’on nous donne des leçons, mais pas eux, et pas comme ça ! »

C’est peut être oublier un peu vite le côté atlantiste, anglo-saxon et libéral du candidat en 2007

Partager